L'association
Randonnées
Marche Nordique
Botanique
Divers

Dimanche 5 avril 2015

La Combasse, entre vallées du Bès et de Lambert

Rando animée par Eric Fabre

17,500 km pour un dénivelé de 1200 m.

Situation : Barles 30 km au nord de Digne les Bains, départ de la clue de Pérouré, cartes IGN TOP 25, 3439 ET, 3440 ET.

Nous garons les voitures un peu avant le site à empreintes des pas d’oiseaux. Tous équipés et renseignés sur la rando par Eric, nous prenons la route jusqu'à la clue de Pérouré. Par une longue montée nous atteignons Roche Rousse et le « sanctuaire de la nature » où Eric nous décrit le lieu et la vie à cet endroit avant 1930. De là nous prenons sur la droite un ancien sentier qui nous conduit à une belle ruine. Puis de descentes en montées en passant par la Combasse nous arrivons au Mourre du Barri d’où nous pouvons admirer les cloches de Barles. À la Colle nous faisons notre halte déjeuner avec un beau panorama devant nous vue entre autre sur « la Crête de Limans, le Cousson, la Bigue, la crête de Géruen et le village Lambert ». Nous prenons une piste et un sentier pour le retour qui nous conduit à Pudoyer en passant : par le trou des Chiers, laissant sur notre gauche les ruines de l’Aubépine, le Coulet et devant les ruines de l’ancienne école de Pudoyer.  Reprenant le sentier nous arrivons à Tanaron où nous remarquons le beau travail de restauration de la chapelle. Laissant le Rocher Gassendi sur notre droite nous  gagnons la Lame de Facibelle et de là le fameux passage sur la passerelle du Bès pour rejoindre notre point de départ.  

voir les photos en cliquant ici


Date de création : 16/04/2015 : 17:15
Catégorie : Randonnées - 4-1 Randos archivées-2015
Page lue 2850 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Texte à méditer :  

L’humanité se divise en trois catégories : ceux qui ne peuvent pas bouger, ceux qui peuvent bouger, et ceux qui bougent.   Benjamin Franklin