En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

L'association

Randonnées

Marche Nordique

Divers

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

2015/09/20 Les lacs de Crupillouse

Dimanche 20 septembre 2015

Les lacs de Crupillouse

Rando animée par Bernard CANO,

15.580 km pour un dénivelé de 1387 m.

Situtation : Champoléon 35 km au nord-est de Gap, carte IGN TOP 25, 3437 OT.

Les Beaumes (1354 m), petit hameau de la vallée de Champoléon, lieu de départ de notre rando pour les lacs de Crupillouse.

À la sortie nous rejoignons un panneau descriptif du parc des Écrins. Nous prenons un sentier montant qui domine la vallée du Drac Blanc (Champoléon). Une série de lacets nous permet d’arriver au pied des cascades du torrent de Crupillouse. Puis après un passage délicat dans un terrain raviné, nous traversons les nombreuses cascades du torrent et continuons sur l’autre rive dans un décor minéral. Une nouvelle section de lacets nous permet de contourner une barre rocheuse et l’ultime traversée nous mène sur la crête. Là le premier lac (2640 m) se dévoile enfin et la vue est saisissante. Une sente cairnée (passage près des ruines, (2656 m) permet d'atteindre le lac supérieur (2665 m). Après la pause déjeuner au pied du lac, nous prenons le chemin de retour par le même itinéraire. Sous un ciel uniformément bleu et très ensoleillé pour la dernière randonnée de l’été.

Voir les photos en cliquant sur ce lien.


Date de création : 22/09/2015 : 20:44
Catégorie : Randonnées - 4- Randos archivées-2015
Page lue 2791 fois

Calendrier

Liens divers

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :

Nous contacter

Recherche

Recherche
Texte à méditer :  

L’humanité se divise en trois catégories : ceux qui ne peuvent pas bouger, ceux qui peuvent bouger, et ceux qui bougent.   Benjamin Franklin