En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
L'association
Randonnées
Marche Nordique
Botanique
Divers
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Dimanche 22 novembre 2015

Sommet du Teillon, La Garde

Rando animée par Alexandra Muraour

10,450 km pour un dénivelé de 1006 m.

Situation : La Garde à 5 km au sud de Castellane sur la D4085, carte IGN TOP 25, 3542 OT.

12 randonneurs (euses) sous « La Garde » d’Alexandra entament la rando. Nous partons du village, alt. 927 m, par un petit chemin serpentant entre les maisons et les jardins de La Garde. De la chapelle Saint-Martin sous le rocher du même nom, nous prenons un sentier pentu et rocailleux qui nous conduit jusqu’à la forêt et l’alpage. En levant les yeux nous découvrons les crêtes et le sommet du Teillon notre objectif. Ici le vent commence à souffler et pas chaud du tout… il va se renforcer au fil des pentes finales. Au sommet du Teillon « les Quatre Termes » 1 893 m. En tournant sur nous-mêmes nous apercevons Castellane, les Cadières de Brandis, le lac de Castillon, les sommets des Alpes enneigés, l’Esterel et la mer. Malgré le soleil il fait froid et venteux, mais il est facile de trouver sur la crête un coin abrité, biens calés contre les rochers pour manger face à ce beau panorama. Pour le retour à partir du point « ravin des Gravières » nous prenons à droite un sentier en balcon qui nous ramène au village.

Pour voir les photos de la rando, cliquez ici.


Date de création : 25/11/2015 : 22:47
Catégorie : Randonnées - 4-1 Randos archivées-2015
Page lue 2460 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Texte à méditer :  

L’humanité se divise en trois catégories : ceux qui ne peuvent pas bouger, ceux qui peuvent bouger, et ceux qui bougent.   Benjamin Franklin