En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
L'association
Randonnées
Marche Nordique
Botanique
Divers
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Dimanche 29 avril 2018

Baume Longe par les Grès d'Annot.

Rando animée par Marie-Thérèse et Jean-Philippe François,

11 km et 700m de dénivelé, 5 participants.

Nous sommes cinq courageux à partir ce dimanche matin en direction d’Annot,
les prévisions météo du jour étant à la pluie. Le ciel Dignois, à peine nuageux, nous invite
à aller vers ces curiosités naturelles que sont les Grés Annotains. Cette sortie vient en
remplacement de la Crête de l’Ubac à Beaujeu initialement inscrite au programme mais
que Jacques M. n’a pas pu assurer.
Les François, ayant toujours des balades en réserve dans leurs sacs et, profitant des
prévisions divergentes sur plusieurs sites météos, maintiennent la balade.
Marie-Hélène, Renaud, et moi-même les en remercions encore.

Depuis la grande place d’Annot, nos pas nous emmènent au Jardin du Roi, puis sur son
Balcon et ensuite dans sa Chambre au gré des imposants blocs rocheux issus des
phénomènes géologiques survenus il y a 35 millions d’années.
C’est après que nous voyons quantité d’asphodèles blanche en pleine floraison.

Puis nous longeons les Grès par un sentier en balcon avec surplomb de falaise dominant
la Vallée des Scaffarels. Notre chemin se poursuit dans la forêt de châtaigniers, dont les
troncs tourmentés et sculptés en spirale témoignent d’une vie multicentenaire et sont en
presque mourance, mais des jeunes feuilles printanières d’un vert tendre viennent les
raviver sur des fines branches. Des maisons semi-troglodytes jalonnent le parcours et
quelqu’une semble même être occupée à temps perdu.

Nous sortons du sous-bois pour arpenter la dalle inclinée qui nous conduit au Belvédère,
point culminant de la journée à presque 1150m. Nous découvrons alors en face et dans
une autre vallée, le village de Braux étalé sur un replat.

Un peu plus loin, aux Pierres Droites, nous nous arrêtons au milieu des arbres qui
semblent prendre racines dans les blocs, pour déjeuner. Notre pause repas est courte
car le ciel nettement assombri devient menaçant, mais sur un smartphone, la pluie est
magistralement annoncée pour 14h, et le soleil se pointe à nouveau.

Nous reprenons notre sentier et nous en écartons pour découvrir les cabanes troglodytes
de Baume Longe, bien conservées et sans doute, encore habitées il y a peu.

Notre périple se poursuit dans un chaos de pins sylvestres déracinés et encombrants le
sentier, nous obligeant à les contourner, les enjamber, ou à passer dessous. Ils semblent
avoir été victimes de très récents évènements climatiques puisque, lors de l’Opération
Qualité Sentier effectuée par Marie-Thérèse et Jean-Philippe il y a un mois seulement
avec trente centimètres de neige, ces arbres étaient droits sur leurs souches.

Puis, par un chemin caladé, nous atteignons le croisement avec le GRP, voie romaine
menant à Argenton et au Fugeret depuis Annot, qui est alors à 1,5 km et 0h30. Il est
14h05 !!! lorsque la pluie nous oblige à sortir parapluies et capes, la vérité du
smartphone s’est manifestée ….

Nous terminons cette belle balade, remplie des charmes générés par tous ces éléments
naturels minéraux et végétaux propices à l’imaginaire fantasmagorique que chacun peut
s’inventer, par la visite du Annot médiéval avant de retrouver la voiture sur la place.

Merci à nos accompagnateurs et, Jacques, à bientôt avec nous.

Sylvette.

Pour voir les photos : Cliquez ici.

Pour accéder à la trace gpx : Cliquez là.


Date de création : 30/04/2018 : 15:24
Catégorie : Randonnées - 4-0 Comptes rendus 2018-2eme Trimestre
Page lue 293 fois

Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Texte à méditer :  

L'enfant marche joyeux, sans songer au chemin ;il le croit infini, n'en voyant pas la fin.    Alfred de Musset