En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

L'association

Randonnées

Marche Nordique

Divers

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Le Gui

Le Gui

Viscum album

Le-Gui.jpg


 

Le gui appartient à la famille des Loranthacées.

Son nom scientifique vient du latin viscus = glu car le fruit de la plante produit de la glu
et l’épithète album = blanc de la couleur de ses baies.

Le gui est une plante parasite qui ne possède pas de racines mais qui se fixe sur un arbre hôte
dont elle absorbe la sève à travers des suçoirs.

Les fruits toxiques (peuvent occasionner des diarrhées et nausées) possèdent une chair
visqueuse qui s’étire en long fils.

Les feuilles sont opposées, oblongues, pâles, épaisses et charnues et ont de 3 à 5 cm de long.
Il y a toujours une paire de feuilles à l’extrémité des pousses. Les fleurs sont peu apparentes,
jaunâtres et à 4 pétales. C’est une plante ligneuse et les rameaux jaunes ou verts se divisent
successivement en 2. Les fruits (les boules de gui) sont des baies blanches, sphériques, de la
taille d’un pois et très visqueuses. Les baies sont mangées par certains oiseaux comme la grive
ou la mésange et transportées dans leur fiente, les graines vont germer sur une autre branche.
Il pousse rarement sur le chêne, surtout sur les pommiers et peupliers et parfois les résineux.

Les Grecs associaient le gui à Hermès grand messager de l’Olympe.

Chez les peuples celtes le gui était vénéré et protégeait du mauvais sort.
Il se cueillait le 6° jour de
l’année celtique.

 


Date de création : 18/12/2018 : 21:35
Catégorie : Divers - Fiches botanique
Page lue 756 fois

Calendrier

Liens divers

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :

Nous contacter

Recherche

Recherche
Texte à méditer :  

La marche ne consiste pas à gagner du temps, mais à le perdre avec élégance.    David Le Breton