En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

L'association

Randonnées

Marche Nordique

Divers

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

31/03/2019 Itinérance dans les Baronnies Provençales

Dimanche 31 mars et lundi 1er avril 2019

Itinérance dans les Baronnies Provençales.

Journées animées par MiJo.

30 km et 1850 m de dénivelé, 9 participants

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, eh beh, ça c’est bien vrai alors:

Dimanche 31 mars rendez-vous à la gare à 6h45, oui, mais c’est aussi le changement d’heure,
qu’à cela ne tienne ! On se lève une heure plus tôt, et hop d’un saut de voiture nous voici transportés en 2h
dans les Baronnies provençales, à St May plus précisément. Une navette est organisée pour déposer les
autres véhicules à Villeperdrix, situé à 5kms, notre lieu d’hébergement. Il fait froid: 2° !

C’est impératif, on se fait un petit déj, brioche, confiture, café bien chaud, avant de passer aux choses
sérieuses. L’objet de notre circuit est de faire le tour des gorges de l’Eygues entre St May et Villeperdrix.

Le village de St May est niché en boule contre un rocher. Son nom vient de Marius, 1er abbé de l'abbaye
de Bodon, fondée au VIème siècle sur le plateau, un peu plus haut que le village,
nous explique Mijo.
Dominé par le cimetière situé à l'emplacement de l'ancien château sur le rocher,Il ressemble à Rougon.
Ce n’est d’ailleurs pas sa seule similitude, il y accueille également la nidification des vautours, qui vont
régulièrement nous accompagner durant ces deux jours.
Aujourd’hui nous allons faire la rive gauche de L’Eygues pour rejoindre Villeperdrix, accompagnés d’une
jolie petite chienne beagle qui nous a adopté pour la journée. Nous quittons St May, prenons un sentier qui
lui fait face, et grimpe très positivement. Au passage , une ancienne conduite d’eau en terre cuite encore en
service, nous prenons de la hauteur et découvrons de nouveaux massifs, de nouvelles vallées, l’une qui
nous conduira au milieu de la journée au village de Sahune.
Nous arrivons au rocher de Bramard, vue magnifique sur le village de Montréal les sources, et ses terres
en mosaïque de cultures. Ici les Vergers d’abricotiers, cerisiers, pêchers sont en fleurs, là le vent caresse
la chevelure argentée des oliviers en terrasse. Plus en bas, de part et d’autre d’une piste un troupeau de
brebis, sous l’œil bienveillant des patous.
Quelle richesse, Quelle beauté, intensité que ce travail de l’homme sur la nature. Nos yeux s’en repaissent .
Et là-bas au fond, de l’autre côté des cimes encore enneigées. L’endroit est idéal pour un petit cours
d’histoire de Mijo sur l’origine des baronnies,et la pause repas. Notre miss beagle va de l’un à l’autre
espérant quelque petit partage. Petite sieste avant de redémarrer par la descente vers la civilisation du petit
village de Sahune, nous sommes impressionnés par ce sphinx qui le domine et le garde sous sa coupe.
Cette fois nous avons carrément chaud et nous apprécions la fraîcheur de la fontaine, avant de repartir sur
les hauteurs au milieu des terrasses d’oliviers, encore lourds de leurs fruits mûrs à point.
Quelques vallons à traverser, et enfin apparaît en point de mire notre but. Mais, patience, ce n’est pas fini
il nous faudra encore faire quelques montées et descentes avant de l’atteindre. Nous y parvenons à 19h.
Nous avons fait 950m de dénivelé, et plus de 17 kms. Le temps de visiter ce magnifique village entretenu
avec beaucoup de soins, puis nous nous répartissons dans les chambres, pas question de mixité en ce
début de 3ème millénaire, les hommes dans une chambre, les femmes dans une autre !
Passage à la douche, et à table, enfin !!! et là , c’est un défilé, dans notre palais, de senteurs et de saveurs
de ce que nos pieds ont foulés toute la journée. Produits maison: vin de noix, ou vin de cerises ?
une initiation à la dégustation d’huile d’olive douce fruitée, verte fruitée ou…olives au naturel, (j’en n’avais
jamais mangé) puis une salade printanière fleurie pour le plaisir des yeux et des papilles, suivie de poulet
au miel et huile de sésame grillée, fromage, et un dessert…..divin : une crème, non,non pas brûlée, juste,
il faut la manger pour savoir, et fait exceptionnel, notre hôte très aimable, nous en a donné le secret !
Et puis, ce fut l’heure du coucher, Demain debout 7h.

Mais voilà,le lendemain le réveil fit la carpe, et du lit, point de saut…..

Poisson d’Avril ! Après un petit déjeuner complet, et quelques blagues de carpes bien vivantes racontées
par Babeth, nous voilà repartis cette fois par la rive droite de L’Eygues en gagnant la montagne d’Angèle.
Son nom n’est pas du au prénom, mais signifie simplement: «angle» de sa forme acquise au long des âges.
La montée agréable, est longue et régulière. Arrivés en crête, avec en fond le mont Ventoux, nous croisons
un groupe de randonneurs inhabituel, ils n’ont pas de sacs à dos, mais,malgré cela ils peinent plus que
d’ordinaire, Mijo les ayant déjà rencontrés lors de sa reco a eu des infos :ce sont des jeûneurs, il paraît
qu’ils entendent le craquement des carottes sous les dents des randonneurs non jeûneurs, qui sont par
leur gaillardise arrivés avant eux à leur endroit de la pause midi !!! Nous les plaignons unanimement de
tout notre cœur: «oh les pauvres, quand on pense à tout ce qui leur passe sous le nez».
De plus, rappelez-vous, notre charmante beagle de la veille, son nom nous fut révélé le soir lorsque ses
maîtres sont venus la récupérer. Eh bien figurez-vous qu’elle s’appelle: «Idole», vous imaginez, l’idole des
jeûnes ! Et c’est nous qu’elle a préféré !!! Cela nous a beaucoup amusé.

Cette deuxième journée, fut une sorte d’envolée merveilleuse sur cette crête immense jusqu’au bout, à
l’arrivée de l’angle, au milieu des vols de vautours, où pareils à ces magnifiques oiseaux, nous avons fait
un «piqué» jusqu’au gorges du Léoux, qui nous ramenaient à notre point de départ: St May, et la boucle
fut bouclée.

D’une itinérance de rêve nous en avons fait une réalité. Merci Mijo pour ces deux jours heureux.

Annick

Les photos d'Annick et celles de Jean-Pierre

Pour accéder aux traces gpx


Date de création : 06/04/2019 : 18:12
Catégorie : Randonnées - 3- Comptes rendus 2019-1er Trimestre
Page lue 137 fois

Calendrier

Liens divers

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :

Nous contacter

Recherche

Recherche
Texte à méditer :  

L'enfant marche joyeux, sans songer au chemin ;il le croit infini, n'en voyant pas la fin.    Alfred de Musset