En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Nouveautés du site

2021/10/28 Tour de la Colle, Bevons

28 octobre 2021

Tour de la Colle, Bevons.

Rando animée par Rolande Lecomte

12 km et 600 m de dénivelé, 22 participants.

Nous sommes 12 au départ de Digne, 7 se joignent à nous à Mallemoisson, puis à Château-Arnoux
nous invitons le Président à nous suivre, et enfin fidèle au rendez-vous Emma nous attends avant de
quitter la D946. Nous montons vers la Fontaine pour garer les voitures.

Pas de mise en jambes, d’entrée nous montons de la cote 660 à la cote 790 au col de la Mairie par
le GR6. Après avoir regroupé sa troupe, Rolande nous emmène à l’ubac en direction de la vallée du
Buech et du rocher St Etienne. Nous empruntons une traversée de marnes vallonnées, parfois
glissantes, les chaussures s’alourdissent ! Sans trop s’éloigner la troupe se partage en 3, la garde
rapprochée de Rolande, les essoufflés, puis les amateurs de petits gris, tout cela sous l’œil attentif
de Jean-Pierre.

A la frontière 04/05, Rolande propose la pause au soleil. En longeant une route de desserte agricole,
en file indienne autant que les conversations qui vont bon train le permettent, nous rejoignons le sentier
du Molard (cote 540). Ce sentier botanique dans les pins nous permet d’arriver au belvédère du Molard
(cote 729) en passant par l’antenne de télécommunications.

Là, autour de la table d’orientation nous identifions les points remarquables offerts à notre vue :

Le pays Sisteronais, Ribiers et ses pommiers, le canal de Provence, la Durance, le Dévoluy,
le plateau et le pic de Bure, les écrins, les Préalpes de Digne et bien sûr la montagne de Lure.

Ce tour d’horizon, que nous poursuivrons l'après-midi, fait, direction l’aire de pique-nique, bon appétit !

Nous entamons ensuite le retour vers le col de la Mairie, de nouveau sur le GR6, par la crête du Molard
et le rocher du Turc (885m) point culminant de la journée. Une suite de petites montées, parfois une
descente, parfois un faux-plat, voilà comment on complète le cumul de D+. Sur les bords du sentier les
buis ont souffert de la pyrale, certains bien exposés repartent timidement. A l’adret des chênes, à l’ubac
la hêtraie encadrent notre cheminement. Après le rocher du Turc, nous entamons la descente parfois
raide vers le col de la Mairie, où nous nous regroupons, et c’est à 16 heures passées que nous
rejoignons nos voitures.

Rolande merci, Jean-Pierre merci aussi pour les photos de cette journée ensoleillée d’Automne.

Le Molard a piqué ma curiosité

  1. Etymologie Butte de terre en forme de dôme ou de mole, élément du relief géographique.

(ne pas confondre avec une matière organique composée de salive et de mucosités…)

  1. Histoire Au moyen Age, cette butte de terre perd sa végétation utilisée pour un usage
    domestique. Après de fortes chutes de pluie un important glissement de terrain emporte un
    pan du mur d’enceinte de la ville et la rue derrière. Après remise en végétation, la montagne
    du Molard est à nouveau pâturée, si bien qu’en 1846 un rapport d’agent forestier signale que
    vers le milieu du 18e siècle

« … le versant livré à l’action des eaux ne tarde pas à être sillonné de 27 ravins d’une profondeur de
2 à 5 m, de 3 à 10 m de large se dirigeant vers le centre-ville … plusieurs fois la route Royale de Lyon
à Antibes est coupée, la rue de Provence menacée …»

Cet état de choses se prolongea jusqu'en 1816. Dès cette année-là, le Conseil Municipal, adoptant
les propositions de l'Agent Forestier local, vota une certaine somme chaque année dans le but de
tenter la reconstitution de la forêt. C'était là une idée toute nouvelle ; mais, comme le Conseil avait
su le comprendre, c'était bien l'unique moyen à employer pour sauver la ville du désastre.

Il ressort donc que les agents forestiers des Basses-Alpes, qui avaient à leur tête un Inspecteur,
Chef du Service, à Digne, furent les premiers à reconnaître l'utilité du Reboisement artificiel, et à le
croire possible. C'est ainsi que fut sauvé Sisteron, le vieux « Segustero »

(Source : Revue forestière française – Forêts artificielles françaises au 19e siècle)

René Dominicy

Les photos de Jean-Pierre Lecomte


Date de création : 03/11/2021 : 19:29
Catégorie : Randonnées - 3- Comptes rendus 2021-4eme trimestre
Page lue 108 fois