En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

L'association

Randonnées

Marche Nordique

Divers

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

2019/03/21 Montsalier, le gouffre du Caladaire.

Jeudi 21 mars 2019

Montsalier, le gouffre du Caladaïre.

Rando animée par Brigitte et Henri Guillot.

15 km et 520 m de dénivelé, 23 participants.

Nous n’étions pas moins de 23 participant(e)s ce jeudi matin à nous retrouver sur la place centrale
de Montsalier pour aller randonner dans les environs en profitant d’une très belle météo.
Nous sommes d'abord partis vers le nord en suivant Brigitte qui nous a fait remonter le ravin de la
Rouya jusqu’au carrefour de la Combe.
Nous nous sommes alors orientés au nord ouest pour monter jusqu’au Grand Jas en passant par la
fontaine de l’Oboeuf.

Ensuite, après une pause au pied d’un superbe chêne, nous sommes passés par le joli hameau de
l’Obeuf pour aller jusqu’au gouffre du Caladaire.
Ce
tte cavité appartenant au bassin versant de la fontaine de Vaucluse est fermée par une grille.
Heureusement car il a une profondeur de 667m et il vaut mieux ne pas y tomber !
Nous avons ensuite fait demi tour pour chercher (et trouver) un endroit propice pour un agréable
pique-nique au soleil.
L’après-midi, après être revenus au carrefour de la Combe, nous sommes montés jusqu’à l’ancien
village de Montsalier,
contemplant au passage les ruines de trois anciens moulins qui ont fonctionné
jusqu’au milieu du XIXeme siècle.

Nous avons alors pu visiter le village : l’église St Pierre, bien restaurée, la croix de mission, l’aire de
battage caladée, le vieux cimetière … avant de redescendre par un joli sentier jusqu’à la Molière.
Cheminant ensuite parmi les champs de lavande, nous avons rejoint
le Goureyre et la D51.
Il ne nous restait plus alors qu’à rejoindre nos véhicules après avoir fait une petite boucle le long de
la Riaille et en passant par "Put de la Salle" où nous avons pu voir d’impressionnants empilements
de pierres sèches.

Une bien belle journée !


Merci à Brigitte et Henri pour nous avoir fait découvrir ces lieux.

et merci à Jean-Claude Barbier à qui cette rando a inspiré le beau texte ci-dessous.

JP.M.

Montsalier Source et campagne Obœuf, aven du Caladaïre, Montsalier-le Vieux. 21 mars 2019

J'ai l'âme sauvage, païenne, j'aime d'un même élan les sources, les chênes puissants et l'ombre de
leurs branches qui prennent le sol dans leurs filets, les rochers et ces avens, minces fentes dans la
dalle calcaire, qui nous font descendre par une randonnée imaginaire au centre de la terre de
Provence, six cents mètres plus bas, pour ressortir dans les sorgues vauclusiennes, j'aime ces
horizons de montagnes s'enfuyant sur des vagues bleues.

Les oiseaux ont soif par ce temps de sècheresse, les ruisseaux sont à sec mais les sources
donnent encore un filet de lumière immobile. A la fontaine Obœuf, ils trouveront de quoi s'abreuver.

Pays de puits et de pigeonniers, pays sec gorgé d'eaux souterraines.

Pays de pierres surtout. Partout il fallut se battre contre elles et (se) faire avec : les ramasser,
les empiler en milles clapiers, en murettes qui se perdent aujourd'hui dans les taillis de chênes,
trait d'union qui nous relie à un passé défait. Des centaines de murailles de pierres plates s'enfuient
dans la maigre forêt, tout cela pour avoir un peu de terre à cultiver sur les hauteurs, alors qu'en bas,
les combes aux terres grasses, autrefois céréalières, sont devenues un beau pays lavandier.

Là-haut, au vieux Montsalier, le gris s'est fait pierre et la pierre moulin, calade, église, village, ruine,
puis sable emporté par le vent de l'aire à battre.

Splendeur des ruines gorgées de soleil, défi, résistance au temps. Elles semblent installées dans
une forme d'éternité.

Un pays s'est défait, un autre se reconstruit, les fermes revivent, refermées derrière leur portail et
ouvertes au vent nouveau. De cette renaissance, Giono serait content, même si elle est moins due
à la terre d'ici qu'à l'argent venu d'ailleurs. Oui, ce pays revit, on peut imaginer Giono heureux.

JC Barbier.

Les photos de Mireille et celles de Jean-Pierre

Pour accéder aux traces gpx


 


Date de création : 22/03/2019 : 22:41
Catégorie : Randonnées - 3- Comptes rendus 2019-1er Trimestre
Page lue 691 fois

Calendrier

Liens divers

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :

Nous contacter

Recherche

Recherche
Texte à méditer :  

Anachronique, ...., la marche est un acte de résistance célébrant la lenteur, la disponibilité, le silence, la curiosité, l'amitié, ...    David Le Breton