En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

2019/12/05 Les Cadières de Brandis

Jeudi 5 décembre 2019

Les Cadières de Brandis.

Rando animée par Brigitte et Claude.

9 km et 320 m de dénivelé, 17 participants.

          Hé non !

          Les « Cadières » ne sont pas des garrigues complantées de cades, ces proches cousins
des genévriers, mais un site dolomitique impressionnant au-dessus de la rive droite du Verdon,
à quelques kms de Castellane, formé de cheminées perchées sur une crête culminant à 1545 m.
Cadiero en langue d'OC signifie chaise, et "Cadières de Brandis" pourrait se traduire par
"Chaises branlantes". Si tel est bien l’origine du nom, ces chaises sont au moins destinées à quelques
géants égarés dans le coin.

Branlants et peu rassurants, ces énormes blocs de pierre disjoints semblent parfois s’incliner
dangereusement vers nous, pauvres mortels, ayant encore en tête l’effondrement tout récent
d’un des Pénitents des Mées.


Claude qui connaît cette région comme sa poche nous guide dans des chemins de chèvres perdus,
au lieu de suivre tout bonnement le GR4, l'ancienne route romaine qui entame le massif à mi-pente en 


reliant de vieux villages plus ou moins abandonnés : Brayal, Villars-Brandis, Brandis,Chasteuil …
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Mais c’est ça aussi, l’ADRI.
Brigitte assure le suivi et l’homogénéité de notre troupeau de 17 marcheurs mo-ti-vés !


Nous montons donc par une piste assez pentue sous un ciel gris jusqu’au village de Villars-Brandis.
Deux, trois maisons, chapelle fermée, et deux patous qui se croient obligés, pour nous accueillir, de nous
aboyer aux chausses, mais, à vrai dire, sans grande conviction.



La montée se poursuit par une sente de plus en plus étroite et caillouteuse qui n'a pas dû ressentir
les pas d’un touriste depuis bien longtemps, vu les épines, gratte-cul et genets qui entravent le passage.
Nous arrivons vers midi à Brandis, hameau en ruine, désert, avec seulement deux petites bâtisses retapées
que les proprios ont entourées de panneaux « défense d’entrer » répétitifs et peu avenants.
À ce qui se dit dans le groupe, l’ensemble appartiendrait à une « communauté » se voulant écolo, mais l’été
seulement, pendant les vacances…

 

           Du hameau, vue superbe sur les Cadières qui nous morguent de haut. Nous déjeunons à leur pied,
guettant quelque chute de pierre impressionnante. Vu l’instabilité apparente du massif, on peut tout espérer.
Déception. Repas rapide, agrémenté de force chocolats et pâtes de coing. On sent que Noël approche.

            Descente par un raidillon très pentu, très raviné, et transformé, à certains endroits en torrent,
(enfin, en filet d’eau, plutôt). Nous retrouvons le GR4 et une piste digne de ce nom, qui nous conduit
en une petite demi-heure à la chapelle St Jean en équilibre limite sur une arête rocheuse dominant la
vallée du Verdon.

           Retour enfin jusqu’aux voitures, toujours par le GR4, large sentier en pente douce. Le temps gris,
peu lumineux, ne donnant plus guère d’occasions d’extases esthétiques, laisse l’esprit libre à la parole
qui s’en donne à cœur joie. Comme d’hab. 

Jacques

 

Les photos de Françoise.


Date de création : 11/12/2019 : 14:34
Catégorie : Randonnées - 4- Randos archivées-2019
Page lue 386 fois