En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Nouveautés du site

(depuis 10 jours)

2021/05/27 Pic de Couar

27 mai 2021

Le pic de Couar.

Rando animée par Remy Marchais

11,5 km et 880 m de dénivelé IBP 91.

Ne connaissant pas les us et coutumes de l’Adri, je crus à une blague lorsque j’appris que
chaque randonnée était ponctuée par un compte-rendu. Mais la blague me parut énorme lorsque j’appris
que ce serait moi le rapporteur de ce compte-rendu. Mais à la réflexion, je me suis dit que ce serait un
juste retour pour remercier l’animateur de nous avoir fait découvrir cette belle randonnée..

Alors que raconter de nouveau sur cette randonnée qui fait partie des « classiques » de l’Adri ?
Dire que l’on part d’Archail ne surprendra personne. Et pourtant !
Je pressens que la randonnée d’aujourd’hui sera atypique.

Dès le départ, l’horloge du temps s’est inversée. Nous allons monter pendant 180 minutes voire
10800 secondes, ce qui change des 3 heures habituelles que connaissent les chevronné(e)s de l’Adri.
Mais l’étrangeté de cette journée ne s’arrête pas là. Arrivé(e)s au pas d’Archail, là où on doit manger la
banane (tradition immuable de l’Adri), un parterre magnifique de fleurs s’offre à nos yeux.
Des fleurs bleues, jaunes, roses. Le nom de ces fleurs ? Pourquoi les nommer puisqu’elles représentent
le Mystère, le grand Tout, le Divin ? En ce qui me concerne, elles restent pour moi un mystère parce que je
ne me rappelle plus de leur nom. Ah oui ! Maurice a dit qu’il n’avait jamais vu autant de tulipes. ll devait y en
avoir au moins..20 ! ( j’ai pensé que Maurice ne devait connaître ni les Pays Bas, ni le marché de Rungis,
car s’extasier devant 20 tulipes !). Quant aux autres fleurs, je laisse le soin aux botanistes de l’Adri de
percer le mystère des noms. (Merci d’envoyer vos réponses au secrétariat de l’Adri avant la montée des
patous en estive)

Puis après la banane, nous reprenons notre ascension. : 6 300 secondes s’étaient écoulées
depuis notre départ. L’air était agréablement frais. Mais les surprises n’étaient pas terminées.
Nous sommes arrivés au sommet du Couar à exactement 12h45 et 3 secondes, soit les 10800 secondes
prévues par l’animateur. Pas une seconde de plus. Quelle classe ! Nous avons mangé, et en contrebas
une habitante de Tartone nous a fait un petit coucou de la main. Peut-être connaissait-elle quelqu’un du
groupe ?

Au retour, à la hauteur du pas d’Archail (l’endroit où l’on mange les bananes), l’animateur nous a
fait gravir un petit monticule, et nous nous sommes retrouvé(e)s face au cheval Blanc.
Magnifique point de vue !

Nous sommes revenus à notre point de départ, et en montant dans la voiture, l’horloge indiquait à
nouveau l’heure…sans les minutes et les secondes. On m’avait prévenu : le pic de Couar, c’est magique.

En guise de conclusion, certain(e)s voudront connaître le nom de l’animateur qui nous a
accompagnés aujourd’hui. Malheureusement, la décence m’oblige à ne pas révéler son identité.
Je ne voudrais pas créer une vaine polémique au sein de l’Adri. Tout ce que je puis donner, ce sont ses
initiales : son prénom commence par un R et se termine par un Y. Son nom par un M et à la fin un S.
Dans son Berry natal, on le surnomme le RYMS. Et lorsque l’on parle dans le Berry d’un RYMS, ce n’est pas
rien. Peut-être vous aussi, connaissez vous un RYMS breton ou alsacien.
Mais là, c’est une autre histoire que le Pic de Couar.

Raymond Salagnac


                                                                                     Les photos


Date de création : 28/05/2021 : 22:12
Catégorie : Randonnées - 3- Comptes rendus 2021-2eme trimestre
Page lue 119 fois