En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Nouveautés du site

2022/03/17 Sentier de Véris, Bauduen

17 Mars 2022

Sentier de Véris, Bauduen.

Rando ZEN animée par Jean-Pierre et Rolande Lecomte.

220 m, 9 km, 15 participants.

15 Randonneurs (oui, bon, seulement 4 mecs !) 220 m de dénivelé, et 9 km. Une bonne mise
en jambe. À la manœuvre, toujours aussi efficaces, Jean-Pierre en tête et Rolande en serre file.

La météo prise ce matin en flagrant délit d’imprécision annonçait : Ciel gris, mais pas de pluie.

Raté ! Bon, ce n’était pas vraiment de la pluie. N’empêche qu’il bruinait à notre départ de Digne
et jusqu’à l’arrivée sur le plateau de Valensole. Mais peu à peu ce semblant de menace s’est dissipé,
sans pour autant que le soleil puisse percer la chape de brume  recouvrant le paysage et limitant la
vue aux proches montagnes.

9h30 : Bauduen. Notre point de départ. Très intéressant vieux village mélancolique, abandonné
par ses hordes estivales.

Peu à peu la route s’élève au dessus de village dans un paysage d’oliviers et de pierrailles livides,
stratifié de couches géologiques sédimentaires.

 Puis la route fait place à une piste, mais toujours ces roches calciques cadavériques enrobées
de buis roussis, de pins et de chênes encore dénudés.

À la crête, entre descente sur Les Salles d’un côté, sur Bauduen de l’autre,  Jean-Pierre nous
entraîne sur un chemin contournant la bosse de Véris. Chemin caillouteux, inégal, qui nous mène en
peu de temps à une petite clairière sympa où nous prenons un repas toujours aussi convivial mais
terriblement chocolaté au final. Gare aux crises de foie !

Le tour du mont Véris se poursuit l’après-midi, par un chemin traversant de jeunes forêts de
cèdres, avec tout du long, des vues magnifiques sur le lac de Sainte Croix, dans des coloris froides
tenant plus de celles de fjords de Norvège que de celles d’un paysage méditerranéen. Changement
original, saisissant, de toute beauté. Puis redescente assez abrupte sur Bauduen, avec au passage
une traversée d’amas rocheux assez impressionnants.

Bauduen déserté est bien calme en cette fin d’hiver, et les quelques désespérés bavards du
coin, en manque de public, se précipitent sur nous comme arapèdes sur leurs rochers pour nous
raconter les dernières « blagues » locales.

La meilleure est certainement celle que nous concocte la patronne d’un des rares bars ouverts,
voulant nous faire payer nos demis, nos jus de fruits, nos chocolats chauds à quelque 9 euro l’unité.
Faut dire, qu’à ses dires, elle n’avait pas ses lunettes quand elle avait fait ses comptes. Bonne excuse !
Mais notre Mireille nationale ne s’en est pas laisser conter (ou compter), et les prix se retrouvèrent, comme par
miracle, divisés par trois, d’un coup de baguette magique et de verres progressifs.

Jacques

Les photos de Françoise

Les photos de Jean-Pierre


Date de création : 22/03/2022 : 09:12
Catégorie : Randonnées - 3- Comptes rendus 2022-1er trimestre
Page lue 346 fois