En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Vos prochaines activités avec l'ADRI...

Mardi 23 avril matin: Marche nordique avec Françoise & Michèle

Jeudi 25 avril: André nous emmène à Reillanne

Jeudi 25 avril: Jo organise une rando ZEN sur Peyruis

Dimanche 28 avril: Jean-Pierre Lecomte propose d'aller randonner à Lardiers

Et retrouvez l'interview de l'ADRI sur "Fréquence mistral"

Pour plus d'infos et inscriptions consultez la rubrique "programme"

Nouveautés du site

(depuis 15 jours)

2023/10/01 Sommet de Chine ou Rabanu

Dimanche 1er octobre 2023 Sommet de Chine ou Rabanu (Massif des Monges)

Dénivelé 900 m, 12 km. Circuit, en général hors sentier balisé.

Sous la conduite de Rémy, 10 personnes, dont 6 nouveaux adhérent.es, certains recrutés au forum des associations. L'Adri s'enrichit et se renouvelle, l'association est bien vivante.

Départ du Forest de Barles (1160 m), aux maisons accrochées à la pente comme des arapèdes. Très vite, après le hameau, on coupe les lacets de la piste de Chine pour de rudes grimpettes. Non seulement c'est le grand beau, mais c'est aussi le grand chaud. Chaleur estivale exceptionnelle qui ne facilite pas la progression.

Au niveau de la bergerie de Chine, on constate que les lieux sont déserts. La montagne n'est plus habitée, les troupeaux sont déjà partis. L'herbe est sèche, il ne reste plus que la bauque, cette graminée en touffe que les moutons ne mangent pas. Les abreuvoirs sont retournés.

On poursuit dans l'alpage jauni par la sécheresse, hors sentier au-dessus de la cabane de Chine, jusqu'au col de la Croix de Veyre (1886 m) où passe le GR 6 (qui va de la Haute-Provence jusqu'à l'Atlantique).  Tout à l'heure y planaient deux vautours en quête de pitance. Rencontre d'un important groupe de randonneurs, l'ASPTT de Manosque, On accepte de leur prêter un peu nos montagnes après quelques échanges courtois.

Ascension des 75 m restants pour atteindre le Rabanu (quel drôle de nom !), ses edelweiss encore présentables et son panorama immense du plateau de Bure à la montagne de Lure. À nos pieds, sur une lauze, une inscription à la mémoire d'un Roger inconnu (1945- 2011), pour qu'il reste toujours parmi nous. Son âme habite ici.

Après le pique-nique idéal à la Croix de Veyre, les ardeurs du soleil étant adoucies par une légère brise, on longe le pied de la grande muraille de Chine sur un vague sentier cairné, en restant à niveau, en direction du col de Baran, que l'on évite. Au-dessus de la cabane des Prés, elle aussi désertée (double cabane, une en pierre et une en Algeco couverte), traces d'un écobuage récent pour griller les genêts. Du gazon est espéré. On garde la Petite Cloche de Barles (ou sommet de Nibles) en ligne de mire.

On se demande pourquoi les montagnes d'ici ont souvent deux noms ; sommet de Chine ou Rabanu, petite Cloche de Barles ou sommet de Nibles, Blayeul ou Quatre Termes : peut-être un nom est donné par les autochtones et l'autre par les géographes faisant les relevés pour les anciennes cartes d'État-Major, estrangers qui ne comprenaient pas grand-chose à l'occitan local ?

Super papy Rémy est un peu inquiet pour son petit troupeau : il craint que l'on rencontre quelques mauvais patous. Il a pris ses renseignements pour les éviter. Mais on n'en verra pas. On entendra seulement, sans la voir, au loin sur le retour, gronder une grosse voix canine qui résonne dans les ravines.

En passant près du Jasset, dernière petite cabane du périple, une sonnaille attire notre attention. On scrute le versant : c'est une chèvre ermite, une solitaire, une âme en peine qui bartasse tranquillement et se cache dans les taillis.

Un peu plus bas, une caravane gardée par un toutou discret, semble être encore occupée par un berger. Mais toujours pas de troupeaux en vue. C'est seulement en arrivant aux alentours du hameau du Forest, là où l'herbe est encore verte, que l'on verra des moutons.

En cet automne qui ressemblait à un été, la montagne était inhabitée, sinon par quelques âmes mortes. Pas de mouflons, pas de chamois, pas de moutons, pas de fleurs sinon quelques gentianes cillées, et quelques rosés des prés desséchés.  On l'a, un moment, sortie de sa somnolence.

Ils ne manquent pas de charmes, ces grands alpages de Chine du massif des Monges qu'il faut apprécier en toutes saisons. Aujourd'hui déserts et silencieux, demains dunes de neige parsemées de chamois, puis au printemps, explosion de trolls et de pensées sauvages avant la musique des troupeaux. Tout massif est un pays différent, avec sa propre histoire et sa propre géographie. Toute montagne est un voyage, toujours nouveau selon la saison.

Jean-Claude Barbier

Les photos de JPierre

Date de création : 06/10/2023 : 15:22
Catégorie : Randonnées - 4- Randos archivées-2023
Page lue 554 fois